labourage


labourage

labourage [ laburaʒ ] n. m.
• mil. XIIIe « travail des champs »; de labourer
Action de travailler, de labourer la terre. Le labourage d'un champ. labour; billonnage, binage, défonçage, hersage.
Absolt et vx Le travail de la terre, l'agriculture. « Labourage et pâturage sont les deux mamelles dont la France est alimentée » (Sully).

labourage nom masculin Action, manière de labourer : Labourage et pâturage sont les deux mamelles dont la France est alimentée (phrase de Sully).labourage (citations) nom masculin Maximilien de Béthune, baron, puis marquis [1601] de Rosny, duc de Sully Rosny-sur-Seine 1559-Villebon, Eure-et-Loir, 1641 Labourage et pâturage sont les deux mamelles dont la France est alimentée et les vrais mines et trésors du Pérou. Économies royales

labourage
n. m. Action de labourer.

⇒LABOURAGE, subst. masc.
AGRICULTURE
A. — 1. Action de travailler, de labourer la terre. Synon. labour (v. ce mot A 1). Labourage d'un champ, d'une terre. J'achetai (...) les instrumens de labourage dont j'avois besoin (CRÈVECŒUR, Voyage, t. 1, 1801, p. 46). Les durs travaux de défrichement, d'abattage et de labourage du sol vierge sont effectués par les hommes (PAGE, Dern. peuples primit., 1941, p. 166). Le labourage avec six bœufs suppose une débauche de personnel (WOLKOWITSCH, Élev., 1966, p. 23).
Bêtes de labourage. Bœufs ou chevaux qui tirent la charrue pour labourer. La jument, le poulain, les trois chevaux de labourage, tout ça entre à la trotte dans ce côté gauche du pays (GIONO, Gd troupeau, 1931, p. 251).
2. Rare. Façon donnée à la terre en la labourant. Synon. labour (v. ce mot A 2). Dans le troisième rite important, l'empereur désacralisait le sol par un premier labourage, au premier mois du printemps (Philos., Relig., 1957, p. 54-5).
B. — Vx. [Correspond à labourer I B] Travail de la terre. Aux travaux de labourage le Pyrénéen préfère la vie de déplacement, que lui font ses troupeaux, ses foires, ses changements périodiques (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 366). Lorsque Sully disait l'autre mot célèbre, « labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France », il partait de cette idée juste que l'agriculture est la source de notre richesse (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 198).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1er quart XIIIe s. « produit, revenu du travail de la terre » (RECLUS DE MOLLIENS, Miserere, 61, 9 ds T.-L.); 2. mil. XIIIe s. « travail des champs, agriculture » (Les quatre souhais de St Martin, éd. A. de Montaiglon et G. Raynaud, Rec. gén., t. 5, n° 133, 42); 3. 1552 « action de retourner la terre pour la cultiver » (EST., s.v. aro, aratio); 1630 (PALSGR., p. 281a, s.v. tylling of a lande). Dér. de labourer; suff. -age. Fréq. abs. littér. : 55. Bbg. GEMMINGEN-OBSTFELDER (B. von). Semantische Studien zum Wortfeld Arbeit im Fr. Tübingen, 1973, p. 122. - THOMAS (A.) Nouv. Essais 1904, p. 364.

labourage [labuʀaʒ] n. m.
ÉTYM. Mil. XIIIe, « travail des champs »; de labourer, et -age.
1 (XVIe). Absolt et vx. Le travail de la terre, l'agriculture (laboureur a eu le même sens).
1 Labourage et pâturage sont les deux mamelles dont la France est alimentée et les vraies mines et trésors du Pérou.
Sully, Économies royales, t. III.
2 Lorsque Sully disait l'autre mot célèbre, « labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France », il partait de cette idée juste que l'agriculture est la source de notre richesse.
J. Bainville, Hist. de France, X, p. 191.
2 (1530). Mod. Le fait de labourer (une terre). Labour; et aussi billonnage, binage, défonçage, hersage, roulage; → Cultiver, cit. 1. || Le labourage d'un champ. || Labourage primitif à la houe ( Houement). || Labourage à la charrue.
3 Le labourage consiste dans l'ensemble des opérations effectuées pour faire les labours. On emploie à cet effet les diverses espèces de charrues.
P. Poiré, Dict. des sciences, art. Labourage.
3 (XXe). Sc. Formation de sillons parallèles sur la surface la plus tendre, par contact et frottement de deux surfaces.

Encyclopédie Universelle. 2012.